Vieux Compagnons dont la jeunesse est à la douane

Auteur·rice :

30,00 

Michel Reynaud
Serge Utgé-Royo
14 x 22
2-915 293-33-3
Date de parution :
Partager

Description

En ouvrant ces pages, c’est le peuple des républicains espagnols que nous découvrons et l’histoire de ces combattants, ces amoureux de l’écrit et de l’aventure démocratique. L’histoire que nous avons là est le partage d’une mémoire sinon la découverte de ce peuple, ces sans terre, cette « lie » incarnant l’espoir espagnol, ces combattants sortis debout des camps de la mort et aspirant à la liberté par eux conquise et à vivre dans leur République assassinée par Franco à qui leurs pas avaient fait frontière.

L’auteure apporte de son encre la dimension romantique à cette lutte, cette errance, ce combat, cette fuite, cette utopie vers toujours et encore la source de la liberté du Frente Popular. De son écriture flamboyante, racée, chaleureuse, ivre d’idées, l’auteure rend la poésie à cette Espagne, poésie qui fut garrottée à l’exécution de Federico García Lorca, la laissant dans un devenir sans chant. Écriture solitaire, unique et noire, roman qui décrit pas à pas ces adolescents abandonnant leur enfance pour un ¡ No pasarán ! Ils rêveront encore à la justice de l’homme comme sentinelle indicible à l’innomé que fut le terrorisme franquiste, surtout quand les démocraties renaissantes du sang des républicains espagnols les bafoueront d’oubli et d’arrogance.

¡ Viva la Muerte !, lisons-nous funestement dans ce roman qui nous offre pourtant sa poésie comme une mémoire de mots à couler sur l’amnésie de notre littérature.

Michel Reynaud

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Vieux Compagnons dont la jeunesse est à la douane”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *