L’innocence et la ruse

Des étrangers dans la Résistance en Provence 1940-1944
Auteur·rice :

Prix historique de Provence

20,00 

Jean-Marie Guillon et Robert Mencherini
nombreuses photos inédites dont de Julia Pirotte
16 x 24
2-915 293-66-x
Date de parution :
Partager

Description

Il y a dans le sang qui défend ta colère des plaines de silence où déferle le temps, l’homme qui prend naissance au fond de ce désert… Combien, l’écrit le poète, de cécités, de lourds non-entendements à ces cris, à ces visions de honte et d’horreur sur notre sol… Or eux, ces étrangers rejetés, pourchassés, exilés, battirent le déshonneur « du vol noir des corbeaux sur nos plaines ». Pendant cette période 1940-1944 (et longuement avant puisque nombre de témoins de ce livre étaient dans la clandestinité et le refus du fascisme), ils marchent ces combattants sous le soleil de plomb de la lutte vers le zénith de l’espoir mais aussi sur l’ortie et la vaine peur qui tressaille en eux quand la nuit des prisons ou de la mort descend pour les traquer. Ils inscrivent à la craie rougie sur la pierre occupée les limites et la raison de notre liberté.

Quand, entre douleur et veulerie, compromis et tragédie où trop chez nous attendaient comme ultime recours une réconciliation, une collaboration, un aveuglement ou peut-être quelque résistance, toi l’étranger tu es entré dans la résistance et fis vaciller l’envahisseur. Tu nous appris la France dans la naissance de ton refus.

Le collaborateur te voulait la lie de la terre, et tu fus le tanin de notre dignité, toi l’Italien, le Polonais, le Roumain, l’Espagnol, l’Arménien, l’Allemand… Vous étiez de cette Europe encerclée, bafouée, humiliée par le nazisme et sa cohorte de salauds. Ces étrangers dans la résistance en Provence sont de l’innocence et la ruse, et l’auteur le savait dû son empressement à décrire vote bataille. Que cette urgence fasse long feu à l’inique silence et à l’oubli car l’œuvre de Grégoire Georges-Picot est notre mémoire.

Tu reviens de la mort avec ta solitude. Tu songes au vent noir qui souffle au fond des chairs. Sûrs que le balancier du temps allait toujours entre gloire et mensonge, vous entrez enfin dans notre livre de l’Histoire. Et même si Devant toi c’est la nuit sauvage du monde, cet étranger, ce combattant de l’ombre offre son humanité et forcera le bonheur du sourd et de l’aveugle.

Michel Reynaud

Une abondante iconographie (plus de 80 photos).

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’innocence et la ruse”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *