La bataille de Marignane, 6 juillet 2005. La République, aujourd’hui, face à l’OAS.

Suivi de Mort pour la France 31 mai 1961- Alger
Auteur·rice·s : ,

20,00 

Pierre Joxe
16 x 24
2-915 293-32-5
Date de parution :
Partager

Description

« Rien n’est résolu, aucun conflit n’est réglé, et remettre en mémoire ne veut pas dire remiser dans la mémoire. » Les pages ici rédigées par ces fils d’assassinés par l’OAS sont plus encore qu’une mémoire, c’est un livre de notre Histoire escamotée. Car le silence fourbit l’injustice, et la forfaiture élève les sanglants exécuteurs, ces héros de pacotille, en des martyrs de mensonge. Aussi le pouvoir veut se faire de nouveaux alibis, des « fadaises » de réconciliation pour laisser, si les enfants des victimes n’y prenaient garde, le négationnisme faire acte et la démission s’ériger en cénotaphe devant l’innomé. Notre République réassassine les innocentes victimes et « nihilise » la grandeur de leurs serviteurs. L’honneur de ces hommes qui servirent l’État avec une loyauté, une éthique, est piétiné. C’est le factorat de l’imposture. Dans le cas présent, les six inspecteurs des centres sociaux « exterminés », tout comme le commissaire Gavoury massacré, sont les victimes d’un crime imprescriptible et tout honnête homme doit demander raison. Il y a sentence à prévariquer l’honneur d’une Nation mais aussi de fait à affaiblir ses fondements. La patrie induit tous ses enfants dans leur rôle de gardien de la liberté et de la justice. Si les deux fils de victimes de ces exécuteurs — ayant l’affront de revendiquer de servir la France — ne s’étaient pas indignés, nul sinon peu n’aurait conçu d’annihiler l’hommage à l’insupportable et à l’injustice. Aujourd’hui, nous assistons à la réhabilitation des assassins avec en plus l’ignominie de l’article 13 de la loi de février 2005 accordant une légitimité et une réparation à ceux qui ont commis des crimes de sang.

Il faut qu’enfin le cercueil de leur père repose en paix et que le travail de mémoire fasse acte pour leur deuil et l’équité. Notre patrie s’implique dans son avenir et sa jeunesse sera à l’image de la volonté d’État que justice, vérité et honneur soient de son Histoire. C’est le pari de cet ouvrage et l’engagement de ces fils de notre République.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La bataille de Marignane, 6 juillet 2005. La République, aujourd’hui, face à l’OAS.”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *