Un auteur, un titre,
un ISBN



S'abonner à
notre lettre
d'information

    
Des Tsiganes vers Auschwitz
Le convoi Z du 15 janvier 1944
Monique Heddebaut

Henriette Asseo

À l’automne 43 plus de 350 Tsiganes, hommes, femmes, enfants, sont arrêtés dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique. Ils forment un unique convoi, appelé « Convoi Z » à destination d’Auschwitz. Après la déportation des Juifs, Himmler a décidé en mars 1943 leur transfert dans le camp des familles à Auschwitz- Birkenau. Voyage sans retour pour plus de 90% d’entre eux. Pour la première fois, l’histoire de ce cas spécifique de déportation fait l’objet d’une étude approfondie et globale. Cet ouvrage apporte des précisions rares et essentielles sur le sort des Tsiganes et leur histoire tragique. Ils se sont retrouvés pris au piège des politiques nationales et de l’idéologie nazie en Europe, car vivant sous un régime d’exception avant même que les nazis ne les déportent et ne les exterminent. Ce travail aux abondantes références bibliographiques est étayé par des sources nouvelles ou inexploitées, par des documents et pièces d’archives allemandes, belges et françaises. Il s’appuie sur nombre de témoins directs et, surtout sur deux survivants du camp d’extermination, récemment retrouvés et qui n’intéressaient absolument personne. Antoine et Joséphine Lagrené, adolescents en 1943, racontent leur vie dans l’univers concentrationnaire, lors de plusieurs entretiens, éminemment émouvants avec l’auteure. Leurs récits inédits apportent des éléments indispensables pour comprendre comment les Tsiganes furent stérilisés dans le Block 10 de Josef Mengele, exterminés à Auschwitz, assassinés à Buchenwald, Ravensbrück et leurs Kommandos.

Monique Heddebaut, née en 1955 à Flines-lez-Râches (Nord), fut adjointe au maire de cette commune et présidente de la Société Historique du Pays de Pévèle, membre de la commission historique du Nord, directrice de publications... Collabore avec le musée de Malines pour la question tsigane. Participante à des colloques nationaux et internationaux sur les déportations raciales...

 


| octobre 2018 | 16x24 | 352 pages | 27 €
ISBN : 978-2-915293-98-2 


Commander ce livre


Les homosexuel.le.s en France : du bûcher aux camps de la mort
Histoire et mémoire d’une répression
Arnaud Boulligny

Serge Wolikow

Apparue en France dans les années 1970, la question de la déportation d’homosexuels n’a trop longtemps été portée que par les militants eux-mêmes. Paradoxalement, sa reconnaissance officielle au début des années 2000 ne repose sur aucune étude sérieuse, si bien qu’elle continue souvent d’alimenter les polémiques. Depuis une dizaine d’années, le sujet s’est progressivement imposé comme un véritable objet scientifique. Les recherches dont les résultats sont exposés ici révèlent la grande variété des mesures répressives prises en France occupée, en Alsace Moselle, mais aussi sur le territoire du Reich à l’encontre de Français dont les pratiques sexuelles, réelles ou supposées, étaient considérées comme « contre-nature », celles-ci ne conduisant pas forcément à une déportation à proprement parler.

Pour bien comprendre la complexité du cas français, il est fondamental de retracer l’évolution du regard porté sur l’homosexualité et les homosexuels depuis la fin de l’Ancien Régime, tant en France que chez ses proches voisins, notamment l’Allemagne. Le contexte législatif, en particulier, est là d’autant plus important que les dispositions répressives ne cessent pas à Libération et influencent la construction d’une mémoire de la déportation homosexuelle. Dans le contexte de lutte pour les droits des personnes LGBT, les militants ont choisi d’inscrire cette mémoire dans une logique victimaire. Quelles furent les étapes qui ont marqué ce long processus mémoriel ? Quels en furent les personnages marquants ? Quelle place cette mémoire occupe-t-elle aujourd’hui chez les militants homosexuels ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage entend aussi apporter des réponses.

 

Arnaud Boulligny est né en 1974 à Coutances (50). Chercheur à la Fondation pour la Mémoire de la Déportation depuis 1999, il a participé au Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression (Éditions Tirésias–Michel Reynaud, 2004). Depuis 2005, il dirige l’équipe de recherche installée au Service Historique de la Défense à Caen (Calvados). Il a participé à plusieurs projets collectifs.

| novembre 2018 | 16x24 | 224 pages | 22 €
ISBN : 978-2-915293-99-9 


Commander ce livre


Une Étreinte du vent, Chili
L’Évasion d’un jeune résistant à la dictature
Ricardo Alfonso Palma-Salamanca

Cali Bruno

Cet ouvrage est le récit jour après jour de l’évasion en hélicoptère de quatre opposants à la dictature chilienne, membres du groupe résistant « Front Patriotique Manuel Rodríguez » (FPMR), écroués dans la Prison de Haute Sécurité de Santiago du Chili. Ces pages décrivent la préparation de l’évasion et nous présentent sans fard ni artifice les protagonistes. Nous revivons la vie quotidienne de ces hommes marqués cruellement par la séparation d’avec leurs familles, leurs amours, leurs enfants, ce qui donne une dimension romanesque et dramatique à ce témoignage. Leur vie est à la fois hasardeuse et très organisée, et l’opération « vol de justice » se planifie de façon méthodique. L’armature du récit est la recherche des moyens nécessaires à l’exécution de ce projet, à commencer par le choix de l’hélicoptère et le recrutement de son pilote. Cette histoire nous tient en haleine, où nous voyons se dessiner la naissance d’une écriture et d’une œuvre à venir. Le préfacier Cali écrit : Ce récit m’a brûlé. Les plus belles histoires ne sont-elles pas celles que l’on a vécues ? Ici, la mort ne fait plus peur. Ici, la mort n’est jamais très loin. Et rajoutera plus loin : Le livre de Ricardo Alfonso Palma-Salamanca nous offre des armes. Il distribue les couteaux. Il allume les torches. À lire dans l’urgence.

Ricardo Palma Salamanca (Chili, 1969), ex-guérillero, photographe et écrivain chilien. À 16 ans il rejoint le FPMR, groupe résistant qui prône la lutte armée contre la dictature chilienne de Augusto Pinochet et la Junte, installée après le renversement du président Salvador Allende suite au coup d’État militaire de 1973. Après 17 ans de dictature, en mars 1990, le général Pinochet remet le mandat présidentiel à Patricio Aylwin. L’ancien dictateur reste Commandant en chef de l’armée. Soupçonné en ces années de l’exécution de l’idéologue de la Junte, Ricardo Palma est arrêté et jugé sous la loi antiterroriste édictée sous Pinochet (et encore d’actualité) et est condamné à perpétuité. Lors d’une spectaculaire évasion en hélicoptère, lui et trois autres membres du FPMR sont libérés fin 1996. Il s’installe ensuite au Mexique sous une fausse identité. Auteur de plusieurs ouvrages littéraires, en avril 2018 il est incorporé à l’unanimité à la Société des écrivains du Chili. Il arrive en France en 2017, et depuis fin 2018, vit libre sur le sol français, sous le statut de réfugié.

| Mai 2019 | 14x22 | 256 pages | 25 €
ISBN : 979-10-96930-01-2 


Commander ce livre