Un auteur, un titre,
un ISBN



S'abonner à
notre lettre
d'information

Pour le 13 mars, présentation, Maison de l'Amérique Latine, de l’ouvrage Dawson Île 10, Un camp de concentration sous Pinochet, en présence de l’auteur Sergio Bitar, et de son excellence Madame Marcia Covarrubias l'Ambassadrice du Chili, Monsieur Alain Rouquié, Ambassadeur Président de la Maison de l'Amérique Latine. Vente et signature prévues entre 19 heures 40 et 20 heures 10, après quoi il y aura la projection du film Dawson Île 10.
Les éditions Tirésias et Michel Reynaud seront présents sur le Salon du livre Portes de Versailles, du 24 au 27 mars 2017.
Toutes les nouvelles parutions premier semestre 2017 peuvent être Commandées par le Bon du site.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je viens vers vous pour d’abord pour vous saluer avec fraternité et fidélité et mais aussi vous informer, des ouvrages publiés ce premier semestre par les Éditions Tirésias, — qui seront disponibles dès février 2017—. L’année 2016 fut pour nous surtout dans les sorties d’ouvrages fort calme, et nous partons avec force sur notre travail éditorial en cette nouvelle année avec quatre publications et un chiffre équivalant est prévu pour le deuxième semestre.
Dois-je sentir venir un nouveau temps de « résistance »,  je laisse à chacun méditer sur cette interrogation ?
En ajoutant, pour mémoire, ces quelques vers du pasteur Martin Niemöller : Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs, je me suis tu : je n’étais pas juif./ Lorsqu’ils sont venus chercher les communistes, je me suis tu : je n’étais pas communiste./ Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes, je me suis tu : je n’étais pas syndicaliste./ Lorsqu’ils sont venus chercher les catholiques, je me suis tu : je n’étais pas catholique./ Lorsqu’ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester.
 

Michel Reynaud